Un de nos derniers pêcheurs

La pêche de poissons

La capture des poissons (plie, sole, flet, bar) se fait au moyen de filets fixes maillant ou de bénâtres.

Les tésures (prononcer d’zures), filets fixes tendus par des pieux dans les chenaux des rivières, emprisonnent la crevette grise et le bouquet (grosse crevette).

Les moules de Bouchots

La mytiliculture, l’élevage de la moule, a acquis en Baie du Mont Saint-Michel ses lettres de noblesse.

Aujourd’hui les «Moules de Bouchots de la Baie du Mont Saint-Michel» peuvent s’enorgueillir d’être le premier produit de la mer à obtenir une AOC (Appellation d’Origine Contrôlée)

La production des moules dans la baie du Mont-Saint-Michel est une activité qui apparaît en 1954. La production annuelle est aujourd’hui estimée à 10 000 tonnes. Les mytiliculteurs regroupés au sein du Comité de l’AOC, œuvrent chaque jour pour sauvegarder l’équilibre naturel du site. Ils s’engagent à toujours privilégier la qualité. La Moule de Bouchots de la Baie du Mont Saint-Michel est un produit unique d’une qualité exceptionnelle. Sa chair est onctueuse, moelleuse, fondante et sa saveur à dominante sucrée s’apprécie de juillet à février.

 

http://www.baie-mont-saint-michel.fr/fr/la_conchyliculture.php

 

 La technique des bouchots :

Les très jeunes moules sont captées au printemps sur des cordages en fibre de coco sur les côtes charentaises et vendéennes, puis sont placées en Baie pour une phase de pré-grossissement et finalement enroulées sur les bouchots. Ce sont des pieux enfoncés dans l’estran sur lesquels sont fixées les moules. Elles sont récoltées un an à 18 mois plus tard. La récolte s’effectue à l’aide d’une barge d’un bâteau amphibie spécialement adapté aux conditions de la Baie.

Les parcs à huîtres

L’ostréiculture, élevage des huitres,

La récolte des huîtres est une activité très ancienne.

Le site de Cancale est réputé pour cette production. Autrefois, c’est à l’aide des célèbres bisquines qu’étaient pêchées en très grande quantité les huîtres de Cancale, engendrant une activité intense sur le port de la Houle à Cancale et de Granville.

Durant l’entre deux guerres, une surexploitation du gisement naturel d’huîtres sauvages aboutira à sa destruction nécessitant la construction de parcs à huîtres.

Dans les années 50, l’arrivée de nouvelles espèces d’huîtres va relancer la production.

L’huître indigène de la baie du Mont-Saint-Michel est l’huître plate ou "Pied de cheval". Surexploitée et affectée par des épidémies, sa production a failli disparaître.

C’est un élevage en eau profonde sur des parcs qui ne se découvrent pas à marée basse qui a permis de sauver cette production.

L’autre huître de la Baie est l’huître creuse. Sa production s’effectue sur des parcs qui se découvrent à marée basse.

Aujourd’hui l’huître japonaise est élevée en Baie pour sa résistance aux épidémies.

Environ 3 500 tonnes d’huîtres creuses sont produites dans la Baie par an et 1 000 tonnes d’huîtres plates.


Office de tourisme de Genêts

4 Place des Halles

Genêts

Tél : 02 33 89 64 00 

Mail: porte-de-la-baie-tourisme@orange.fr 

http://www.tourismebaiemontstmichel.com/

 

Géographie

Carte de Genêts publiée en 1759. L'estuaire n'est pas encore comblé. Cette carte présente une erreur : le quartier des Salines y est représenté, or il a été emporté l'année précédente par une conjonction de fortes marées et de divagation de la Sée et de la Sélune

Le village est situé sur la rive nord de la baie du Mont-Saint-Michel, offrant une belle vue sur la baie, Tombelaine (réserve d'oiseaux) et le Mont-Saint-Michel. Au nord du village se trouve le bec d'Andaine, qui fut jadis le port très fréquenté de Genêts. Ensablée depuis fort longtemps, il ne reste qu'une plage étendue d’où on peut faire des promenades guidées vers le Mont-Saint-Michel en passant par Tombelaine. Genêts est limitrophe des communes de Vains, Bacilly et Dragey et est traversée par le Lerre.

Histoire

Le nom Genêts (jadis Genitium ou Genecium) est sans rapport avec la plante du même nom (bas latin genĕsta, genista), par contre il correspond bien à sa situation géographique, puisqu'il est basé sur le celtique gen que l'on retrouve dans les environs: Argennes à Saint-Quentin-sur-le-Homme et Ingena, ancien nom d'Avranches. L'archétype devait être *genu- (Genova, Genève) « bouche » Cf. breton genou et gallois genau « bouches », de la sa signification topographique d'« embouchure » et Genêts « endroit près de l'embouchure » (ici celles de la Sée et de la Sélune). Les bonnes conditions d'abri qu'offrait le port (un arc entre le bec d'Andaine et le Haut Moncel, encadrant l'estuaire du Lerre) lui permet de se développer et de devenir un port assez important de commerce : v vin, blé, poissons séchés, plâtres, pierres à chaux, mercerie, draps, étoffes[1]. Les sources anciennes mentionnent l'activité de ce port. Un commerce de la région, les meules à moulins de Brie et de champagne à donner son nom au bois des Meules[1]. Au XIVe siècle la population du bourg se monte à 3000 habitants[1]. Mais sur les siècles suivant, la baie de Genêts va progressivement s'ensabler et l'estuaire de la Lerre se combler, faisant disparaitre son port. Le village est maintenant séparé de la mer par des marais.

Économie et infrastructure

Genêts est marqué par du tourisme individuel. Il y a plusieurs chambres privées à louer. Le camping est situé entre le village et la plage de sable.

Lieux et monuments

Genêts était le point d'aboutissement de nombreuses voies montoises empruntées par les pèlerins. Au Moyen Âge, la population s'éleva jusqu'à environ 3 000 âmes au XIVe siècle, l'église était alors entourée de sept chapelles dont la chapelle Sainte Anne détruite puis reconstruite. L'église Notre-Dame est le seul monument qui nous reste de cette époque.

L'église de Genêts

Elle est placée sous le vocable de Notre-Dame et aussi sous celui de saint Sébastien. On n'a pas de données précises sur la première église de Genêts dont certains éléments subsistent encore dans le transept actuel. Au XIIe siècle, le grand abbé du Mont, Robert de Thorigny, « releva l'église qui tombait de vétusté » et la fit consacrer en 1157. De cette époque datent le transept et la robuste tour carrée alors surmontée d'une flèche de pierre. Après le passage des Anglais qui brûlèrent l'église, les abbés-barons Nicolas Le Vitrier et Geoffroy de Servon « qui tenait la truelle à la main et l'épée de l'autre » la reconstruisirent. Lors des guerres de religion, l'église fut pillée par les troupes de Montgomery. À la fin du XVIIe siècle, l'état des bâtiments était lamentable avec des toitures trouées, des autels croulants. Au siècle suivant, un effort se manifeste.

Aujourd'hui, ce patrimoine est l'objet de mesures conservatoires et d'un suivi attentif. L'église et le cimetière ont été classés en 1959. À l'intérieur, des statues des autels et autres éléments ont été classés ou inscrits à l'inventaire des Monument historique ces dernières années . La statue de la Vierge du XIVe siècle, a bénéficié d'une mesure de classement dès 1908. Le transept avec ses quatre piliers massifs et la tour implantée à la croisée de celui-ci appartient à la période romane. Certains éléments plus anciens ont été repris dans cette construction. La tour qui comprend deux étages, autrefois surmontés d'une flèche, a été remaniée au XVIe par l'abbé Guillaume de Lamps qui la coiffa d'un toit en bâtière. Les cloches d'origine fondues à la Révolution, remplacées au XIXe siècle, servaient aussi à guider les personnes égarées dans la baie par temps de brume. Sur les bancs du charmant porche sud dont la construction est attribuée à Guillaume de Lamps, au XIVe siècle, se traitaient autrefois les affaires de la paroisse. Le chœur à chevet plat, est divisé en trois travées. Il pourrait avoir été édifié vers le milieu du XIIIe siècle . La baie du chevet est décorée d'un vitrail restauré au XIXe siècle, dont certains éléments sont du XIIIe siècle. La nef très difficile à dater a été fort remaniée au XVIIIe siècle. Une récente restauration menée a permis de découvrir une charpente du XVe siècle, à poinçon et entraits qui a été rétablie. Outre la grande verrière du chevet, l'église recèle des objets intéressants, des statues, des autels...

 

 

 

Le Bec d' Andaine

D'un récent aménagement qui a nécessité de rendre le parking payant

 

 

 

 

2€

 

 

25€

 

 

Le Bec d'Andaine, avec sa plage et ses dunes, qui a fait l'objet d'un récent aménagement. C'est le lieu de départ des traversées de la baie, pour atteindre Tombelaine ou Le Mont-Saint-Michel ou des pèlerinages vers l'abbaye. 

Traversées pédestres ou équestres de la Baie du Mont St Michel.

- Pour cela plusieurs formules vous sont proposées par les guides agréés.

Pourquoi ne pas profiter d'une virée en nocturne ? Ou encore pourquoi ne pas partir à la découverte de la Baie sous les grandes Marées?

(Voir les guides de Genêts) en cliquant en dessous sur le lien.

 

http://www.ville-genets.com/fr/tourisme/traversees-randonnees-en-baie.html

 

Avant le départ faisont une visite virtuelle du Mont Saint Michel

L'hippodrome des Grèves, où chaque année se déroule au mois de juillet des épreuves de trot.

Jardin du Prieuré

Le moulin

L'agneau prés-salés

L’élevage de l'agneau de pré-salé
Le goût fin si célèbre des agneaux de prés-salés vient de l’herbu des grèves où pâturent les moutons en pleine liberté broutant une végétation parfumée composée de plantes halophiles (surtout la puccinellie et le fétuque rouge) qui, par ailleurs, contribuent à la fixation des sédiments.
Dans la Baie du Mont-Saint-Michel, le pacage des herbus est une pratique très ancienne et des documents attestent qu’au XIème siècle, les moines de l’abbaye possédaient un droit de brebiage qui leur permettait de choisir la meilleure brebis de chaque exploitation.
On peut pas parler de race véritable pour les moutons de la baie. Il existe en fait une population ovine locale typée et nommée "Grévine". Elle est issue de croisements mal déterminés d’animaux locaux et de races anglaises.

L’agneau de prés-salés

Depuis octobre 2009 la production des agneaux sur le terroir unique des herbus est reconnue par une AOC, (appellation d’origine contrôlée) « Prés-Salés du Mont-Saint-Michel » La commercialisation de cette viande d’exception vient de débuter, vous allez découvrir chez les commerçants le logo qui caractérise et authentifie les morceaux que vous choisirez. La bergerie qui abrite et voit naître les agneaux de ce côté ci de la Baies est située à Genêts, entre les Porteaux et le Grand Port. François Cerbonney éleveur peut vous donner précisément toute les contraintes de qualité et traçabilité, nécessaires à la conservation du label

 

François dans la baie du Mont Saint Michel

Actualités
La Communauté de Communes Sartilly Porte de la Baie innove avec son tout nouveau site internet www....

Comment accéder à Genêts:

Route De Paris A13, A84, puis N175, jusqu'à "Avranches", D973 direction "Granville" et D911 vers "Genêts

Bus "MANEO" ligne 205 Avranches/Granville arrêt "Genêts

(En cliquant sur le lien) www.mobi50.com/ftp/FR_lignes/L%20205%20ete09.pdf

Train Gare d'Avranches à 10 km

(En cliquant sur le lien)

http://www.lignebaie.fr/plan.html

Train gare de Granville

www.horaires-des-trains.com/horaire-train-paris-granville/

Aéroport Rennes ou Caen à 100 km

(En cliquant sue les liens)

www.rennes.aeroport.fr/fr

www.caen.aeroport.fr

www.nantes.aeroport.fr/ANA/Page/

Port Granville 20 km

 

Où s'héberger

(En cliquant dessous sur le lien)

www.ville-genets.com/no_cache/fr/hebergement.html

Où se restaurer

Visiter notre région

Les chemins du Mont Saint Michel

Résidence Léonard Gille 

24 rue de Picardie - 14500 Vire

Tél./Fax : 02 31 66 10 02

http://www.lescheminsdu

montsaintmichel.com/spip/spip.php?article4

chemins-st-michel(at)wanadoo.fr

 

La maison de la baie de Saint Léonard à Vains

Avranches à 10 Km

Granville avec son port à 20 km

(En cliquant sur le lien)

www.granville-tourisme.fr

De Granville embarquons pour les iles Anglo-Normandes

L'abbaye de la Lucerne-Outremer

(En cliquant sur le lien) 

www.abbaye-lucerne.fr/html/histoire.php

Le zoo de Champrepus Situé entre Villedieu-les Poêles et Granville, à 6 km de l’A84

(En cliquant sur le lien)

www.zoo-champrepus.com/index.htm

Villedieu-les-Poêles, la cité du cuivre

(En cliquant sur le lien)

www.tourisme-villedieu.com/index.htm

La ville de Mortain et sa région

La Cité de la Mer à Cherbourg

De retour au village

Haut de Page